Comment définir l’ego ?

L’ego (ou égo) d’après les rectifications orthographiques de 1990) désigne la représentation et la conscience que l’on a de soi-même. Il est considéré soit comme le fondement de la personnalité (notamment en psychologie) soit comme une entrave à notre développement personnel (notamment en spiritualité).

Comment savoir si on a un gros ego ?

Tu te sens constamment incompris… Nous nous sommes tous sentis différents par rapport au reste du monde à un moment ou à un autre, mais le sentiment qu’il n’y a vraiment personne qui puisse comprendre ce que tu penses, ce que tu ressens ou ce que tu fais, peut témoigner d’un ego trop important.

Quand l’ego en prend un coup ?

Même si notre ego blessé en a pris un coup, on peut récupérer notre confiance en soi d’avant l’épreuve et surmonter cet échec. Une blessure d’ego, c’est quand il y a atteinte à l’estime de soi, à notre intégrité… Quand on ressent une blessure à l’ego, on éprouve une perte de confiance en soi ou d’estime de soi.

Se passer de l’égo, non. Le tranquilliser oui :

Christophe André emploie une brillante métaphore pour l’ego :

L’ego est un mal nécessaire, comme un véhicule de location. Nous avons besoin de lui pour traverser la vie, comme d’un moyen de locomotion.

Christophe André

On l’aura compris, l’idéal est cependant qu’il soit le moins bruyant et polluant possible. Il s’agira donc de le tranquilliser afin d’avoir une « juste » et « saine » estime de soi.

Pour parvenir à cet état de quiétude, il existe des solutions que nous suggèrent les trois sages. Les voici :

Alexandre Jollien :

  • pratiquer la gratitude comme un exercice spirituel et, à notre tour, entrer dans cette immense chaîne de solidarité en posant des actes concrets pour aider le plus grand nombre.
  • cultiver la joie et prendre soin de soi : un des remèdes pour calmer l’ego est d’éprouver de la joie. Alors,  écoutons cette joie, prêtons-y attention et prenons soin de nous.

Matthieu Ricard :

  • utiliser le plus souvent possible le « nous » pour effacer les « je » »moi » »mien » qui restreignent notre esprit et nous poussent sur les pentes de l’égoïsme et du narcissisme.
  • être bienveillant : incarner la bienveillance et l’amour dans nos actes et nos pensées permet de faire reculer l’ego. Pour soi et pour les autres.
  • pratiquer la méditation : elle permet de devenir observateur de nos pensées, de se fier à nos sens et nous reconnecter au présent.

Christophe André :

  • avoir un lien d’amitié avec soi-même signifie pratiquer l’auto-compassion. Elle permet d’avancer avec douceur et sans tomber dans les affres de l’orgueil.
  • adopter le mantra « Fais de ton mieux, et ne te fais jamais de mal« .
  • se dire « que mon ego soit comme un petit vélo et non comme un 4X4 polluant« .
  • prendre tous les soirs une douche de gratitude.

La douche de gratitude :

Tous les soirs, faites un bilan de votre journée. Songez à toutes les bonnes choses, grandes ou petites, que vous avez vécues et que vous devez aux autres. Gratitude pour les personnes qui ont conçu la lampe avec laquelle vous vous éclairez, gratitude pour les parents, amis, professeurs, sages qui vous ont permis d’être là aujourd’hui à lire cet article, ainsi vêtu, gratitude pour vos enfants qui, par leur présence, embellissent vos journées…

Lorsque nous faisons attention à ce que nous devons aux autres et que nous ressentons de la reconnaissance, notre moral monte en flèche et l’égo bruyant s’éloigne à grande vitesse !

Categories: Article